Hey Spart t’es devenu un bouffeur de franmacs ou quoi ?

Suite à mes derniers posts sur ce blog, la question posée par certaines personnes qui me connaissent est : « Mais, tu deviens un acteur de la scène anti-maçonnique. » On me reproche donc de participer au fantasme du complot maçonnique en répercutant des informations me concernant. Je ne crois pas au complot maçonnique contre moi, ou contre qui que ce soit, mais je crois au complot des esprits malins, des êtres suffisants et malveillants, je crois à l’union de ceux qui se mêlent de la vie d’autrui, je crois dans la possibilité que quelques individus, malheureusement membres de la Franc-maçonnerie, puissent se liguer – en pensant bien faire ou par pur désir de se faire valoir – contre une autre personne. Profitant de leurs liens particuliers, ces personnes peuvent alors distordre le cheminement normal de la justice des hommes, ils peuvent participer à un lynchage en offrant leurs bons services – par pure attitude fraternelle – afin d’aider à ce qu’elles pensent être juste, et cela sans même connaître les faits.

La Franc-maçonnerie représentera toujours quelque chose d’important dans mon parcours personnel et je respecte énormément nombres de Frères et de Soeurs rencontrés en loge ou virtuellement sur l’internet. Je respecte les préceptes maçonniques – même si je les appliquerai toujours mal selon certains – et je pense que cette fraternité que la franc-maçonnerie développe est un ciment pour l’humain, un ferment pour la conscience et une belle preuve de notre humanité partagée. Malheureusement, je ne suis pas et ne veux devenir aveugle. En loge, par discussion, par les faits mêmes j’ai pu me rendre compte que des « frères » ou des « soeurs » utilisaient la franc-maçonnerie dans un but personnel, comme arme ou comme outil métallique dans leur vie « profane ». La fraternité excuse souvent beaucoup de choses…

Alors, me demande-t-on également : « es-tu sûr que des franc-maçons utilisent leur réseau afin d’épauler ton ex-femme dans cette histoire ? » Que puis-je répondre d’autre que ce que des amis, des Frères, mon rapporté comme éléments d’une collusion de frères et de soeurs dans le procès qui m’oppose à mon ex-femme ? Ce n’est pas un complot concerté comme je l’ai dit mais une union d’amitiés particulières visant à aider mon ex-femme à obtenir de la justice belge que je ne puisse plus voir mes enfants. Cette aide va des simples conseils juridiques aux mises en contact de certaines personnes proches de l’affaire. On donne un coup de pouce, on obtient de certains rouages qu’ils fonctionnent mieux, plus vite, et aveuglément selon le but recherché. Alors, la Franc-maçonnerie peut-elle être accusée d’autre chose que de permettre à ses membres d’utiliser leurs liens dans des affaires profanes ? Non, du moins c’est mon point de vue.

En outre, je stigmatise peut-être durement la franc-maçonnerie, ou du moins certains franc-maçons, mais ceux-ci ne me stigmatisent-ils pas en jugeant de ma qualité par mes écrits ? Ne se sont-ils pas arrogés le droit d’intervenir dans mon divorce, de fouiller ma vie, … ?

Enfin, il m’importe peu que ceux qui doivent juger de la possibilité de me retirer mes enfants soient franc-maçons ou non. A partir du moment où ils agissent librement et qu’ils n’appliquent pas l’iniquité en me refusant mes enfants sur base que ce que j’écris, ce que je lis, ce que je vis, ne correspond pas à leur vision d’une société parfaite.

Une société a-t-elle le droit de retirer ses enfants à un homme qui a le mauvais goût d’aimer la spiritualité et de ne pas le cacher. Une société qui juge ainsi ce qu’elle ne connaît pas agit comme l’Inquisition et il faudrait espérer qu’ils ne rallumeront pas les bûchers d’antant…

Spartakus Freemann