Lettre sur certains ordres secrets

Chère Soror,

Mais sans rire, enfin en essayant de garder son sérieux, il faut bien avouer qu’étant un spécialiste de la création clé en main d’ordres, fraternités, clubs naturistes en tout genre, je suis toujours un peu jaloux de voir de nouveaux ordres se réclamer de filiations que je n’ai pas et que je ne peux donc court-circuiter.

Car, soyons sérieux, il y a un grand pas entre la création d’ordres magicomiques comme l’église gnostique chaote, et la malhonnêteté apparente d’ordres nouveaux, anciens, mais acceptés, rectifiés et de filiations secrètes. Je me souviens avec plaisir des cris, hurlements et menaces d’excommunications (mais là j’avais pris les devants) lors de la création de l’Église Gnostique Chaotico-Apostolique (sic transit gloria mundi). Oncques ne vit le grand rire bien gras derrière la farce ainsi jouée. Demi-farce, en fait, car pris au jeu on a loué une cabine téléphonique pour nos messes. Demi-farce, car en fait, peut-être est-on sérieux. M’enfin, laissons les débats théologiques. L’important, comme disait ma voisine Julia, c’est la gnooooose.

Je pense que le tort de l’ésotérisme français est de ne pas savoir rire de lui-même. Car enfin, tous ces beaux ordres à l’origine dérivent quand même de grands filous échangeurs de rites, diplômes, reconnaissances, titres et propriétés. Un Doinel qui se voit jouer une farce par ses FF de loge et qui se prend pour la réincarnation d’un cathare. Comme le souligne ailleurs X, des buveurs, péteurs et ripailleurs devant l’éternel fondent une loge maçonnique dans un bordel londonien et cela devient l’orthodoxie maçonnique. Un espion germanophile utilise les arrières-loges de Memphis pour fonder un ordre magique sexuel afin de faire chanter ses membres. Crowleyinou, vient mettre son grain de sel, et en profite pour bien mettre, en une magnifique sodom-initiation, ses bailleurs de fonds. Et ces mages cérémoniels utilisant comme formules lors de leurs cérémonies magiques des prières juives que les enfants récitent avant d’aller dormir. Et ces autres qui recopient des sceaux tout aussi faux que l’hébreu de leur rituel. Et cet opiomane écrivant sur Na’hash qui fonde avec d’autres une pieuvre d’ordres factives. Et aujourd’hui, certains voudraient nous faire croire que leur nouvel ordre secret, issu de l’antique tradition de mon fondement, va régénérer le microcosme initiatique. Lire les délires sur la Kabbale que l’on trouve sur le site m’a fait pisser de rire.

Je préfère, ma Soeur, mon rire gras et irrévérencieux, je préfère ma liberté de penser — de panser — comme chante l’autre là, je préfère la beauté d’une femme nue alanguie sur mon lit, à tous ces diplômes, ces archives, ces pseudo-secrets qui feraient mourir de rire mon chat, je préfère la lune pleine en plein midi à ces discours de bons bourgeois assis aux colonnes de septentrions imaginaires.

Alors, allons-y, certains dirons « Spartakus, ce jeune con qui ne sait rien, il ferait mieux de se taire face à notre curriculum, à notre spéculum initiatique impressionnant ». Sans doute, le silence est la vertu initiale de toute démarche, mais là le con il en a marre…

L’initiatique, pourtant, existe, et c’est heureux. Mais sommes-nous encore capables de le voir ? Il est malheureusement bien enfoui sous ces tonnes de revêtements honteux… Pourtant, les procédés offerts par la FM, le Martinisme, la gnose, la magie opèrent, ils sont efficaces, ils peuvent nous changer… Du moins je le crois et c’est pourquoi je continue mon travail.

Comme le dit X, c’est bien de fonder des ordres, mais dans quels buts ? Rénover ? Aider ? Travailler ? Ou simplement se faire reluire l’ego ?

 

Spartakus, chasseur de diplômes