toi-même dans le miroir d’un homme…

Ce soir quelques lignes dédiées à une Amie…

 » Je m’étonne de l’amoureux dont les beautés

Miroitent dans fleurs et jardins ! « 

Et moi à elle:  » Ne t’étonne pas de qui tu vois,

Ce que tu as vu est toi-même dans le miroir d’un homme ! « 

La brise rapporta ce propos,

Transmis par mon chagrin, ma tristesse, ma mélancolie,

Mon ivresse, ma raison, ma nostalgie, ma passion,

Mes larmes, mes paupières, ma flamme, mon coeur:

 » Celui que tu aimes est dans ton coeur,

Les soupirs le tournent et le retournent ! « 

Et moi à la brise:  » Rapporte-lui que c’est lui

Qui allume le feu dans le coeur !

L’éteint-il, ce sera l’union sans fin,

L’attise-t-il, qu’y pourra l’amoureux ? « 

L’interprète des désirs – Ibn ‘Arabi – Extraits de « Le chant de l’ardent désir », choix de poèmes traduits de l’arabe et présentés par Sami-Ali (Paris Sindbad, 1989).

Facebooktwittergoogle_pluspinteresttumblrmail
Spartakus Freemann

Un commentaire

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :