Offrandes solsticiales à Dionysos

Compte Rendu | L'Anarchiste Couronné

« In that year we had a strong visitation of energy » – Celebration of the Lizard, Morrison.

Pour le solstice 2008, nous avons décidé avec Lysianne de réaliser un rituel à Dionysos. Lysianne débute par un reiki, déjà je sens un effet apaisant et très doux. Je mets quelques morceaux des Doors. Mais déjà, IL est présent.

Autel à Kali Dionysos
Autel à Kali Dionysos

On a commencé vers 17.30. Je début par un The Doors « Alabama Song » avant de commencer le rituel.

Ensuite, je pratique l’ouverture en faisant le tour de l’autel trois fois dans le sens des aiguilles d’une montre. J’allume le feu ou les bougies sur l’autel et j’asperge d’un peu d’eau l’autel.

« Je te consacre au nom du Dieu Dionysos Bromios Sôter et je salue Sa venue en ce Temple ».

Je change la musique et je mets les « Consecrations to Lizard King » de Morrison. Et j’entame la première partie :

« Je t’invoque, illustre Bacchus, né par la foudre ; sois-nous favorable, dieu qui portes des cornes, Bacchus Bassaréen, dieu indomptable, toi que charment les épées, les combats et les Ménades sacrées. Bacchus insensé, furieux, qui portes le thyrse, sois favorable aux mortels qui habitent la
terre sacrée, accorde-leur des présents qui les rendent heureux
».

« Ranime la flamme des torches, Iakkhos, ô Iakkhos ! Astre lumineux de l’initiation nocturne ! Chasse les maléfices, les chagrins de l’âge et les ennuis des années écoulées. Toi, qui brilles d’une vive lumière, viens et guide-moi, heureux Iakkhos ! »

« Eloigne de nos chœurs, celui qui, étranger à ces chants, n’a point une âme pure; qui n’a vu ni les orgies, ni les danses des Muses ; qui se plaît aux propos bouffons et déplacés ; qui, loin d’apaiser une sédition ennemie et d’être bienveillant pour ton ami ici présent, les excite et les enflamme, en vue de son propre intérêt : à tous ceux-là je dis, je redis, je répète et redis encore pour la troisième fois, de céder la place à nos chœurs mystiques ! »

« Iakkhos, ami de la danse, conduis-moi. »

Je bois du vin disposé sur l’autel. Je sens un tournis s’emparer de moi. Je danse autour de l’autel.

J’entame la seconde partie :

« Dieu illustre accepte dans ces fêtes les hymnes sacrés que nous chantons en ton honneur, conduis les chœurs avec tes nourrices à la tunique retroussée et avec les heures rapides ; dieu toujours verdoyant, dieu qui portes des cornes, dieu bienveillant, accepte ces offrandes sacrées d’un oeil favorable et fais jaillir pour nous les fruits éternels de la terre. »

« J’invoque Dionysos, au bruit retentissant, qui crie évohé,
Premier-né, à double nature, trois fois né,
Sauvage, indicible, secret, à double corne, double forme,
Mangeur de chair crue, vêtu de jeunes pousses,
Écoute ma voix, bienheureux, doux et sans reproche !
Entre & révèle-Toi à moi, Bromios !
IO EVOHE, Dionysos !
Libérateur qui émerge des ténèbres.
Couronné de laurier, viens Dionysos Eribromios
Prends moi comme Ton véhicule
Car mon âme t’est dédiée.
IO EVOHE, Bakeios, Seigneur de l’Oubli !
IO EVOHE, Lysios, Seigneur de la Liberté !
IO EVOHE, Dionysos, Vagabond des Frontières de l’Abysse,
Viens ! Viens ! Je t’invite !
Viens et inspire-moi !
Eleutherios, Libérateur,
Entre en moi, maintenant,
Que je sois divin en Toi, Dionysos !
»

Je commence une prière intime à Dionysos. Le besoin de danser me reprend. Je commence le festin du Dieu composé de vin, de raisin et de viande crue.

La danse à nouveau et cette magnifique vision de Ménades en folie tandis que je déchire la viande de mes dents. La demande est claire : « lance la course des Ménades contre ceux qui obscurcissent ma voie ». La musique change et la réponse est celle de chiens lancés à l’hallali.

Je clôture alors :

« Tu as insufflé ta lumière dans les ténèbres,
Afin de tracer la voie que les Destinées ont montré au Sage,
Salut à Toi, Juste, Éveilleur et Joyeux,
Que Ta lumière resplendisse sur mes désirs,
Ces rites sacrés sont à présents clos par nos prières silencieuses
»

« Leave me alone et faites pas chier » sera ma résolution pour l’année qui vient !

Spartakus FreeMann, 21 décembre 2008 e.v.

Facebooktwittergoogle_pluspinteresttumblrmail
Spartakus Freemann

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :