Faire-part

Durant une décennie, leurs pseudos furent synonymes d’effroi sur Internet. Les ésotéreux neuneutisants blêmissaient lorsque leur boîte mail leur annonçait « Gling ! Vous avez une réponse à votre post de merde », les modérateurs démissionnaient et les forums cessaient subitement de fonctionner pour de vagues raisons techniques, comme le suicide de l’admin ou l’exécration des derniers neurones valides des intervenants.

Puis vint le jour où ils se rencontrèrent. Immédiatement, le ciel se couvrit d’imposants nuages noirs. Des vieillards en haillons se mirent à déambuler dans les rues en prophétisant des apocalypses chaotiques et zygomatiques. On vit une myriade de bouddhistes se défenestrer & quelques nouille-âgeux choisir le hara-kiri avec leur pyramide en cristal. Ensuite, ce fut pluies de sang et vols de sauterelles sur l’ensemble de la toile.

Un grand silence tomba sur le monde.

Durant ce temps, ils étaient restés immobiles, à s’observer, l’œil vif, le menton fier, la plume érectile . L’univers entier attendait sans un souffle, lorsqu’il se passa quelque chose d’étrange : ils devinrent soudain tout rose tandis qu’une farandole de chérubins fesses en l’air se mit à tournoyer en gazouillant autour d’eux.

Le grand Spartakus FreeMann ouvrit la bouche et dit «Gouzi-gouzi». Ce à quoi Melmothia répondit « Areuh ».

L’univers pouvait reprendre son cours (presque) à l’identique.

Facebooktwittergoogle_pluspinteresttumblrmail
Spartakus Freemann

Un commentaire

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :