Déménagement

Hier, j’ai commencé à déménager mon bordel essentiel (je veux parler de mes livres et de mes DVD). Il y a une étape à décider de divorcer, une autre encore à trouver un appartement et une nouvelle étape est celle du déménagement. On réalise en faisant ses paquets, en les empilant et en les emportant vers un nouveau « chez soi » qu’une période prend fin et qu’une histoire se termine définitivement. Non que je pensais ne pas divorcer ou espérais faire marche arrière, mais sauter le pas reste toujours troublant par son caractère définitif et chirurgical.

Ensuite, je suis allé manger un morceau et j’ai cherché un peu de réconfort dans la source éternelle de mon propre travail intérieur. Et, à y regarder de plus près je dois bien un adieu à celle qui a été ma compagne pendant 3 années de ma vie. Trois années de souffrances et de tremblements de l’âme que ma compagne a porté avec moi. Trois années pendant lesquelles elle a essayé de m’aider, de me soutenir, à me repêcher dans les geôles au petit matin, à brider ma soif, … Trois années pendant lesquelles je n’ai pas été le plus grand des compagnon, le meilleur des maris. Trois années pendant lesquelles je n’ai pas toujours été à l’écoute… J’aurais pu essayer plus, j’aurais pu faire plus d’efforts, mais las de ces regrets, la passé reste le passé, et maintenant il faut aller de l’avant.

Avant, je voulais juste dire à celle qui fut à mes côtés combien je regrette certaines choses dites, certains comportements, combien elle a été importante pour moi, combien je l’ai aimée dans mon silence parfois ignoble.

Facebooktwittergoogle_pluspinteresttumblrmail
Spartakus Freemann

Un commentaire

  1. « J’ai bien l’impression que rien ne finit vraiment. » Lavoisier

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :