16 ans…

Dans l'alcôve, il est bon d'avoir encore 16 ans. Laisser sur le corps jouir le souffle du vent. N'oser trop... Oser tôt... Avancer et reculer en synchrone mouvement des corps. Vaguer sous un ciel jaune sans chercher le port. Mains émouvantes en des sables chauds et troublants. Ondulations, percutions des veines, baisers lents. Soupirs de rien. Émois des liens. Langues farouches. Corps manouches. Il est si bon d'avoir 16 ans...
Facebooktwittergoogle_pluspinteresttumblrmail
Spartakus Freemann

Un commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :