Ô Dame de l’Ombre

En un soir rajeunissant sous le soleil de Julie, Il me souvient des lamies de mon lit Caresses électrochocs de l'âme Langues humides et fouissantes Mains émouvantes en de sable peaux satinées Sexe embouché, dressé vers la Déesse Sexe embouché déversant générations perdues Générations de son & de cris engloutis Générations nourriture des Déesses Inassouvies En un soir rajeunissant sous le soleil de Julie, Il me souvient des Yeux d'émeraude fouillant ma vie Caresses-coup-de-foudres du corps Langues alanguies sur un sexe morne d'écarlate Mains éprouvantes en un sexe glabre comme une dune de Kabylie Sexe embouché, tendu vers le Ciel d'Elle Sexe embouché en une hiérogame mélodie du Chant Sexe embouché se finissant de molir sous un regard attendri Générations spontanées englouties en un Corps transsubstantié En un soir rajeunissant sous le soleil de Julie, Il me souvient de Celle qui monte du désert vers ma couche Caresses de soie, main-vent-de-désert sur le parfum de Toi Langues sèches d'amour et de désir Mains dressées en une supplique oraison érotique Sexe humide, Fontaine de ma bouche Sexe humide, Fontaine de mon âme Sexe humide, Fontaine de ma Fontaine Ambroisie jamais tarie à la Bouche de la Déesse Nectar sublime dissolvant de l'esprit Générations improbables Toi, Toi, en ce soir rajeunissant sous le soleil de Julie Toi, Toi, j'invoque par le sang, les larmes et la semence Toi, Toi, je désir, j'implore, j'implore, j'implore Toi, Toi, ô Déesse Serpent à l'Ombre de Sémélé Toi, Toi, ô Déesse du Soir, Déesse du Matin Toi, Toi, en ce soir rajeunissant sous le soleil de Julie Je t'invoque, je t'adjure par Sulamite et par Laylah La Couche est tressée d'incantations érogènes La Coupe est emplie de Suc Sacré-salé Ô Sacrée viens monte du Désert et prends moi ! Ô Dame de l'Ombre, Trois et Nonante, Mon Âme exilée vers Toi se meut.
Facebooktwittergoogle_pluspinteresttumblrmail
Spartakus Freemann
%d blogueurs aiment cette page :