Alectruor…

Tu entres dans la tombe de tes désirs émouvants

O chantre de Phaeton, allumes tes Feux dans la Nuit

Ces fantômes graciles agitant leurs lambeaux de rêves envolés,

Partout cherchent un havre pour le repos de leur âme.

Montre le Chemin de Lumière Noire, vers cette Invisible Basilique

Voilée de mille Étoiles mourantes…

Gerbe de Force & de Beauté dans la fange des Lettres Mortes,

Ta Verve sera la verge qui lacèrera la Boue de leurs Yeux.

La Vierge Babylonienne est dans l’alcôve.

Elle attend le Prince de ce Monde avec Peur & Envie.

Plérôme inepte, jamais ne te verront ceux qui te cherchent.

Le Viol sans gland sera empêché par l’Or Rouge du Crépuscule des Mages.

Le démoniaque Démiurge, illusion de nos rêves téléphagiques, est mort.

Tué par la Lumière de Notre Père, l’Arbre Solaire, axe du Monde micro-macrocosmique.

La Déesse Vierge Putain, enfin libérée de nos Envies & Illusions

S’en retourne dans les contrées Imaginales du Rêve Primordial.

Coq Rouge armé de ses Parchemins crache son Chant de Vie-Mort

Et permutant les Lettres de l’Univers, lave le démiurgique Cloaque

De ses archymiques scories, substrats de la Création viciés par la Pensée Immature

De dieux égyptoïdes noirs occultés en de secrets tabernacles.

Spartakus FreeMann, May 2002 e.v., Libertalia

Facebooktwittergoogle_pluspinteresttumblrmail
Spartakus Freemann

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :