Fight fight fight…

Ah oui, tout de suite on comprend mieux.

Je viens de trouver un vieux Corbin, et je ne peux m’empêcher de vous faire partager ceci :

Si l’épée de ton courroux m’inflige mal de mort,

Mon âme y trouvera réconfort.

Si tu m’imposes la coupe de poison,

Mon esprit en fera son breuvage.

Quand au jour de la Résurrection,

Je me lèverai de la poussière de ma tombe,

Le parfum de ton amour

Imprègnera encore la robe de mon âme.

Car même m’ayant refusé ton amour,

Tu m’auras donné une vision de Toi

Qui fut la confidente de mes secrets cachés

Sa’dï, poète persan.

Facebooktwittergoogle_pluspinteresttumblrmail
Spartakus Freemann

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :